Portrait robot du salarié heu-reux !

415403

Une récente étude, basée sur des données de la DARES (Ministère du Travail),  a été publiée par La Fabrique de l’Industrie.

Intitulée Conditions objectives de travail et ressenti des individus : le rôle du management“, cette étudie met en lumière le portrait robot des salariés dont le ressenti au travail est le plus positif.

De multiples conditions pour être heureux au travail

Pour ses auteurs, les clés du bonheur au travail sont les suivantes :

  • une autonomie suffisante (mais cadrée)
  • des relations hiérarchiques apaisées
  • une organisation du travail permettant aux salariés de s’exprimer.

Dès lors, les éléments matériels tels que l’environnement de travail, souvent mis en avant dans les travaux récents sur la Qualité de vie au travail, semblent relégués au second plan.

Portrait type du salarié heureux
Par ailleurs, l’étude nous apporte quelques éclairages étonnants sur les caractéristiques du salarié heureux.
Le lien entre bonheur au travail et niveau salaire n’est pas automatique selon cette étude, puisque ce sont les ouvriers et les personnes peu qualifiées qui sont les plus représentées dans la catégorie des heureux au travail. Les chercheurs expliquent que le risque d’être sans emploi est plus fortement ressenti par ces catégories de personnes, ce qui augmente de fait leur satisfaction d’être en situation d’emploi.
Autre caractéristique du salarié heureux : il ne déclare pas avoir subi de changements peu ou mal préparés, il a le soutien de sa hiérarchie et ne ressent pas ou peu de pression. Il se dit fier de son entreprise ou organisation.
Les tensions relationnelles au coeur du mal-être
A noter qu’à l’autre bout du spectre, des tensions ressenties avec la hiérarchie occasionnent un faible niveau de bien-être dans la vie professionnelle et personnelle, alors que des tensions ressenties avec les collègues n’auront que peu d’impact sur la vie personnelle.
En synthèse, l’organisation du travail, l’implication de la hiérarchie, la culture de l’entreprise, la participation des salariés aux décisions opérationnelles ont un poids significatif dans la qualité de vie au travail. Ce sont donc des leviers importants de performance pour tout organisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *