Théorisée par Irving Janis dans les années 1970, la notion de « pensée de groupe » prend le contrepied d’une croyance largement partagée : les décisions prises à plusieurs sont nécessairement meilleures que celles prises individuellement.

Irving Janis nous invite à réfléchir à toutes les raisons qui poussent (inconsciemment) un groupe à prendre des décisions qui font consensus, mais qui ne répondent pas toujours de manière optimale au besoin initial.

Pour comprendre, il faut s’imaginer un groupe de travail. Après plusieurs étapes successives, classiquement rencontrées, plus ou moins conflictuelles, les membres du groupe atteignent un niveau de confiance mutuelle qui leur permet de travailler efficacement ensemble : c’est la cohésion de groupe.

Les individus qui composent le groupe ont alors un objectif parallèle à celui de la prise de décision : le maintien de la cohésion de groupe. Et ces deux objectifs peuvent parfois entrer en contradiction.

Ainsi, la meilleure solution n’émergera pas forcément des échanges.

 Voici quelques raisons possibles :

  • L’autocensure : ne pas afficher son désaccord pour ne pas s’exclure du groupe
  • La prise de parole confisquée aux mains de quelques-uns, ne laissant pas toutes les idées s’exprimer
  • Le désengagement et la déresponsabilisation de chacun, lié au nombre de participants…

Des solutions existent pour contrer cette « pensée de groupe » et rendre les réunions efficaces… en premier lieu la formation des managers ! N’hésitez pas à me contacter à ce sujet.

Voir mes références « Formation »

Voir mon offre « Formation »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*