Le récent film « Les heures sombres » de Joe Wright a remis en lumière de ce côté de la Manche, le charisme de Winston Churchill au tournant de la Seconde Guerre Mondiale. L’avenir de l’Europe entière était alors en jeu.

Outre ses fameuses citations largement utilisées dans les médias et en management, Winston Churchill est aujourd’hui reconnu pour son leadership naturel.

Churchill est d’abord le maitre du storytelling, en particulier lors de son célèbre discours prononcé le 4 juin 1940 devant la la Chambre des communes.

“We shall go on to the end. We shall fight in France, we shall fight on the seas and oceans, we shall fight with growing confidence and growing strength in the air, we shall defend our island, whatever the cost may be. We shall fight on the beaches, we shall fight on the landing grounds, we shall fight in the fields and in the streets, we shall fight in the hills; we shall never surrender…”

churchillspeech

Ce magnifique discours est souvent pris en exemple pour sa simplicité et sa capacité de mobilisation.

En quoi ce discours peut-il inspirer vos pratiques en entreprise ? Comment diffuser efficacement des messages en situation de crise ? Comment développer son leadership face à un auditoire ?

Quelques éléments de réponse inspirés de ce discours :

  • Etre leader, c’est être en capacité de tenir un discours de vérité, c’est savoir admettre la réalité d’une situation et la communiquer à ses équipes
  • Etre leader, c’est savoir utiliser les bons mots pour guider, motiver, mobiliser, partager une vision commune : « we shall never surrender / nous ne nous rendrons jamais »
  • Etre leader, c’est être authentique. Churchill livre un discours qui lui ressemble. L’auditeur le ressent, ce qui renforce l’écoute.
  • Etre leader, c’est ne laisser personne sur le bord du chemin, c’est savoir dire les mots qui susciteront une réaction chez chaque collaborateur. Cela suppose de répéter plusieurs fois ses messages, de multiples façons afin d’être entendu et compris par tous.

On comprend ici parfaitement la différence entre un manager (gestionnaire) et un leader, comme l’illustre très bien le film de Joe Wright.  A ce moment de l’Histoire, c’est bien d’un leader et non d’un gestionnaire dont le Royaume-uni, la France et l’Europe avaient besoin.

John Kotter, professeur à la Harvard Business School et expert en leadership et changement précise sur ce point : « Si l’environnement ne change pas et que votre activité fonctionne bien, alors le management est essentiel mais pas le leadership. Le leadership est toujours lié au changement : il ne s’agit pas de mobiliser les gens pour continuer à faire ce qu’ils ont toujours bien fait »

Sources : Management Today, The Guardian, Six Sigma Daily

Vous souhaitez développer votre leadership ? Votre entreprise connait des changements importants que vous souhaitez communiquer à vos équipes ? Contactez-moi pour une étude personnalisée !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*